Mens Sana in corpore sano

Même si ce n’était pas tout à fait le sens de la phrase dans son contexte d’origine, la devise « Mens Sana in corpore sano » est sensée nous inciter à s’occuper de notre corps aussi bien que de notre esprit. L’homme est hybride, il n’est pas que corps ou qu’esprit, il est les deux, de manière indissociable. Nos facultés cognitives sont très largement tributaires de la capacité de notre corps à oxygéner le cerveau ainsi qu’à notre état de fatigue général (qui est le résultat de mécanismes physiologiques complexe). Les études sur la dépression, les maladies neurodégénératives et certaines capacités cognitives (comme la mémoire, entre autres) montrent encore plus clairement et plus scientifiquement ce lien. Selon Anil Nigam de l’Université de Montréal, un entrainement par intervalle (dont les entraîneurs sportifs connaissent l’efficacité) durant 4 mois améliore non seulement la VO2max (la capacité du corps à absorber et transporter de l’oxygène) mais aussi des capacités cognitives et principalement mnésiques (Voir l‘article sur Pyschomédia – l’échantillon était petit, l’expérience devrait être reproduite à plus grande échelle). Une étude menée par Alan Gow et ses collaborateurs de l’Université d’Edinburgh (publiée dans Neurology) indique que l’exercice physique est le meilleur garant de l’état de notre cerveau et de nos fonctions cognitives face aux effets du vieillissement (devant les relations sociales et l’exercice intellectuel). Kirk Ericksson et ses collaborateurs de l’Université de Pittsburgh ont montré l‘effet bénéfique de l’entrainement physique sur la mémoire et surtout ses effets bénéfiques pour lutter contre le vieillissement. La page du laboratoire d’étude sur le vieillissement du cerveau et la santé cognitive de l’université de Pittsburgh (Brain Aging & Cognitive Health Lab) reprend une série impressionnante d’articles scientifiques sur le sujet disponible pour la plupart en PDF.

En résumé, faites du bien à votre corps, votre esprit s’en portera mieux.